Michel Foucault /vivre un confinement au 17ème,siècle(texte n° 18)

Un exemple de confinement au XVIIème siècle

Le « confinement » ce n’est pas nouveau…Michel Foucault nous donne ici un aperçu  historique des dispositifs que mettaient en place les sociétés du passé pour faire face aux grandes épidémies :

« Voici, selon un règlement de la fin du XVIIème siècle, les mesures qu’il fallait prendre quand la peste se déclarait dans une ville.

D’abord, un strict quadrillage  spatial : fermeture, bien entendu, de la ville et du « terroir » , interdiction d’en sortir sous peine de la vie, mise à mort de tous les animaux errants ; découpage de la ville en quartiers distincts où on établit le pouvoir d’un intendant ; chaque rue est placée sous l’autorité d’un syndic ; il la surveille ; s’il la quittait, il serait puni de mort. Le jour désigné, on ordonne à chacun de se renfermer dans sa maison : défense d’en sortir sous peine de la vie. Le syndic vient lui-même fermer, de l’extérieur, la porte de chaque maison ; il emporte la clé qu’il remet à l’intendant de quartier ; celui-ci la conserve jusqu’à  la fin de la quarantaine. Chaque famille aura fait ses provisions ; mais pour le vin et le pain, on aura aménagé entre la rue et l’intérieur des maisons, des petits canaux de bois, permettant de déverser à chacun sa ration sans qu’il y ait communication entre les fournisseurs et les habitants ; pour la viande, le poisson et les herbes, on utilise des poulies et des paniers ; s’il faut absolument sortir des maisons, on le fera à tour de rôle, et en évitant toute rencontre ; ne circulent que les intendants, les syndics, les soldats de la garde et aussi entre les maisons infectées, d’un cadavre à l’autre, les corbeaux qu’il est indifférent d’abandonner à la mort : ce sont « des gens de peu qui portent les malades, enterrent les morts, nettoient et font beaucoup d’offices vils et abjects ». Espace découpé, immobile, figé. Chacun est arrimé à sa place. Et s’il bouge, il y va de sa vie, contagion ou punition. »

Michel Foucault (« Surveiller et punir », chapitre III : Le panoptisme)

Michel Foucault (1926-1984), philosophe et historien, a fortement marqué la pensée de la seconde moitié du XXème siècle. Auteur d’une œuvre considérable dont une grande partie a été publiée après sa mort dans les quatre volumes sous le titre « Dits et écrits » (NRF Gallimard).

Autres ouvrages : Raymond Roussel (1963) ; Naissance de la clinique (1963 PUF) ; Les mots et les choses (1966) ; L’archéologie du savoir (1969) ; L’ordre du discours (1971) ; Histoire de la folie à l’âge classique (1972) ; «  « Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère »…un cas de parricide au XIXème siècle (1973) Surveiller et punir (1975) ; Histoire de la sexualité : I. La volonté de savoir (1976), II. L’usage des plaisirs (1984), III. Le souci de soi (1984), IV. Les aveux de la chair (2018, ouvrage posthume).

(extrait proposé et présenté par Jacqueline Dessagne sur http://aussitotdit.net le 13/04/2020)

3 réflexions sur “Michel Foucault /vivre un confinement au 17ème,siècle(texte n° 18)

  1. Pingback: « Une biologie sans vie ?  (texte n°21) | «aussitôt dit

  2. Pingback: La société de surveillance (texte n°20) | aussitôt dit

  3. Pingback: L’hôpital, la médecine, la discipline (texte n° 19) | aussitôt dit

Les commentaires sont fermés.