(texte 8) Edgard Morin /temps de crise et prise de conscience

Temps de crise et prise de conscience

Les extraits suivants proviennent d’un entretien accordé par Edgard Morin * au journaliste Simon Blin pour le journal Libération du 27 mars 2020.

« Nous sommes actuellement soumis à une triple crise. La crise biologique d’une pandémie qui menace indistinctement nos vies et déborde les capacités hospitalières, surtout là où les politiques néo-libérales n’ont cessé de les réduire. La crise économique née des mesures de restriction prises contre la pandémie et qui, ralentissant ou stoppant les activités productives, de travail, de transport, ne peut que s’aggraver si le confinement devient durable. La crise de civilisation : nous passons brusquement d’une civilisation de la mobilité à une obligation d’immobilité. Nous vivions principalement dehors, au travail, au restaurant, au cinéma, aux réunions, aux fêtes. Nous voici contraints à la sédentarité et à l’intimité. Nous consommions sous l’emprise du consumérisme, c’est-à-dire l’addiction aux produits de qualité médiocre et vertus illusoires, l’incitation à l’apparemment nouveau, à la recherche du plus plutôt que du mieux. Le confinement pourrait être une opportunité de détoxification mentale et physique, qui nous permettrait de sélectionner l’important et rejeter le frivole, le superflu, l’illusoire. L’important c’est évidemment l’amour, l’amitié, la solidarité, la fraternité, l’épanouissement du Je dans un Nous. Dans ce sens, le confinement pourrait susciter une crise existentielle salutaire où nous réfléchirons sur nos vies. (…)

Nous n’avons pas besoin d’un nouvel humanisme, nous avons besoin d’un humanisme ressourcé et régénéré. L’humanisme a  pris deux visages antinomiques en Europe. Le premier est celui de la quasi divinisation de l’humain, voué à la maîtrise de la nature. L’autre humanisme a été formulé par Montaigne en une phrase : « Je reconnais en tout homme mon compatriote. » Il faut abandonner le premier et régénérer le second.

La définition de l’humain ne peut se limiter à l’idée d’individu. L’humain se définit par trois termes aussi inséparables l’un de l’autre que ceux de la trinité : l’humain c’est à la fois un individu, une partie, un moment de l’espèce humaine, et une partie, un moment d’une société. Il est à la fois individuel, biologique, social. L’humanisme ne saurait désormais ignorer notre lien ombilical à la vie et notre lien ombilical à l’univers. Il ne saurait oublier que la nature est autant en nous que nous sommes dans la nature. Le socle intellectuel de l’humanisme régénéré est la raison sensible et complexe. Non seulement il faut suivre l’axiome « pas de raison sans passion, pas de passion sans raison », mais notre raison doit toujours être sensible  à tout ce qui affecte les humains. (…)

Pour que l’humanité puisse survivre, elle doit se métamorphoser. Jaspers avait dit peu après la seconde guerre mondiale : « Si l’humanité veut continuer à vivre, elle doit changer. »

L’humanisme, à mon sens, ce n’est pas seulement la conscience de solidarité humaine, c’est aussi le sentiment d’être à l’intérieur d’une aventure inconnue et incroyable ; au sein de cette aventure inconnue chacun fait partie  d’un grand être constitué de sept milliards d’humains, comme une cellule fait partie d’un corps parmi les des centaines de milliards de cellules. Chacun participe à cet infini, à cet inachèvement, à cette réalité si fortement tissée de rêve, à cet être de douleur, de joie et d’incertitude qui est en nous comme nous sommes en lui. Chacun d’entre nous fait partie de cette aventure inouïe, au sein de l’aventure elle-même stupéfiante de l’univers. Elle porte en elle son ignorance, son inconnu, son mystère, sa folie, la raison de l’aventure plus que jamais incertaine, plus que jamais terrifiante, plus que jamais exaltante ».

*Edgard Morin, né en 1921, sociologue, médiologue, philosophe, penseur de la complexité, est l’auteur d’un très grand nombre d’ouvrages traduits en 28 langues dans 42 pays. Il a obtenu de nombreux prix et distinctions dans différents pays. (pour plus d’informations, voir fiche très détaillée sur Wikipedia).

(extrait  proposé et présenté par Jacqueline Dessagne
 sur http://aussitotdit.net le 30/03/2020)