Conférence de l’Hôtel de ville 2017-2018 n°6 (attention ! cette conférence est annulée !)

ATTENTION ! EN RAISON DE LA GRÈVE DES TRANSPORTS ANNONCÉE À PARTIR DU 3 AVRIL, (date initialement prévue pour cette conférence) CETTE CONFÉRENCE EST ANNULÉE. 

Laurence HANSEN-LØVE

à propos de son livre

« OUBLIER LE BIEN, NOMMER LE MAL »

aux Éditions Belin (2016)

La science du bien et du mal n’a jamais existé : Platon s’en désolait, nous avons cessé, nous, les Modernes, de nous en offusquer. Pourtant, des questions éthiques ne cessent de nous être posées aujourd’hui comme par le passé : quelles valeurs morales promouvoir à l’école ? Est-il acceptable d’abandonner à leur sort les familles de migrants fuyant la guerre ? Mon pays, la France, doit-il intervenir militairement contre tel ou tel État dit « terroriste » ? etc.

Face à de telles interrogations, nous ne pouvons nous contenter de suspendre notre jugement sous couvert de relativisme (« À chacun sa conception du bien et du mal »).
Prenant appui sur les réflexions de grands philosophes et théologiens face au défi du mal, tout en interrogeant la montée de nouvelles formes de violences au XXIe siècle, Laurence Hansen-Løve pose la question : le bien et le mal sont-ils vraiment des notions obsolètes ?

Une fois récusée la fausse évidence d’une symétrie entre le bien et le mal, il est possible de prendre acte de la préséance du mal sur le bien. Dès lors, la certitude du mal, posée comme un fait, cesse de contredire l’incertitude du bien, à laquelle il apparaît sage de se résoudre.

Laurence HANSEN- LØVE, professeur agrégée de philosophie à Paris, est l’auteur d’une anthologie philosophique (Cours particulier de philosophie, Belin, 2006 et 2016) et de La philosophie comme un roman (Hermann, 2014) et (avec Catfish Tomei) de Charlie, l’onde de choc. Une citoyenneté bousculée, un avenir à réinventer (Éditions Ovadia, 2015).