Conférence de l’Hotel de ville : une histoire des pervers.

Jeudi 10 avril 2008 à 19h à l’Hôtel de Ville de Saint-Étienne

Elisabeth Roudinesco autour de « La Part obscure de nous-mêmes. Une histoire des pervers »

(Albin Michel, 2007)

Entrée libre

Rencontre animée par Anny Combrichon, psychanalyste et Claude Burgelin, universitaire (Lyon)

Est réputé pervers, depuis l’apparition du mot au Moyen Âge, celui qui jouit du mal et de la destruction (de soi ou de l’autre). Mais si l’expérience de la perversion est universelle, chaque époque la considère et la traite à sa façon. L’histoire des pervers en Occident est ici racontée à travers ses grandes figures emblématiques, depuis le Moyen Âge (Gilles de Rais, les mystiques, les flagellants) jusqu’à nos jours (le nazisme au XXe siècle, les types complémentaires du pédophile et du terroriste aujourd’hui), en passant par le XVIIIe siècle (Sade) et le XIXe (l’enfant masturbateur, l’homosexuel(le), la femme hystérique). Notre époque, qui croit de moins en moins à l’émancipation par l’exercice de la liberté humaine, et pas davantage au fait que chacun d’entre nous recèle sa part obscure, feint de supposer que la science nous permettra bientôt d’en finir avec la perversion. Mais qui ne voit qu’en prétendant éradiquer le mal, dans un geste d’abolition définitive, nous prenons le risque de détruire l’idée d’une possible distinction entre le bien et le mal, qui est au fondement même de la civilisation ?

Elisabeth Roudinesco, historienne, directrice de recherches à l’université de Paris VII, est l’auteur de plusieurs livres qui ont fait date dont notamment, aux éditions Fayard : Histoire de la psychanalyse en France (1982, 1986, 1994), Jacques Lacan (1993), Dictionnaire de la psychanalyse (avec Michel Plon, 1997, 2000), Pourquoi la psychanalyse ? (1999), La Famille en désordre (Fayard, 2002), Philosophes dans la tourmente (2005). Elle a récemment publié La Part obscure de nous-mêmes. Une histoire des pervers (Albin Michel, 2007).